Le rachat pour diminuer le montant de l’échéance

Les banques traditionnelles dites banques de dépôt ne veulent pas racheter des prêts en rallongeant de plus de 2 ans la durée restant dûe et donc ne peut satisfaire au besoin de diminuer le montant des échéances du fait qu’avec les frais divers liés au rachat l’opération n’a aucun intérêt à être réalisée.

Dans le cas où le besoin de diminuer est impératif, il est indispensable de s’adresser à un courtier spécialisé afin de faire une étude de faisabilité pour connaître si les critères des organismes prêteurs sont respectés et surtout d’identifier le coût de cette opération.

Avant tout un des critères devra être respecté : le ratio hypothécaire, formule savante qui permet de garantir une marge de sécurité à la banque.

Comment calculer le ratio hypothécaire ?

La banque diligentera une expertise par son propre expert afin d’évaluer la valeur vénale du bien, elle prendra en compte plusieurs éléments comme la situation géographique car certaines régions sont pénalisées, le nombre de pièces, la surface, l’aspect général du bien car la banque souhaite se protéger dans le cas où elle devrait mettre en vente le bien dans le cas où les emprunteurs ne font pas face à leur engagement contractuel du remboursement de l’emprunt. Elle prendra en fonction d’autres critères comme la situation professionnelle, l’endettement avant, le restant à vivre une marge de garantie en appliquant un abattement sur la valeur vénale allant de 0 à 35 %.

Afin de pouvoir accéder à ce type de prêt il faudra obligatoirement avoir 2 lignes de prêts à financer. Pour cela un prêt supplémentaire pour des travaux pourra faire l’affaire ou l’occasion de reprendre les découverts bancaires, le retard d’impôts, des dettes familiales et bien plus encore... Pour cela il est conseillé de faire une étude par un professionnel reconnu dans ce domaine.

Problématique
Solution 2

Sébastien et Sophie rencontrent des difficultés financières, la période de chômage de Sophie a épuisé les économies et le nouveau contrat de travail retrouvé est malheureusement inférieur aux attentes.

Durant cette période difficile le couple a fait jouer la modulation prévue au contrat de prêt initial et n’a donc plus d’alternative que celle d’utiliser les découverts autorisés.

C’est ce qu’on appelle un accident de la vie (très fréquent en cette période...)

Solution proposée

Après consultation infructueuse auprès de leur banque afin de connaître si toutefois d’autres solutions que la vente du bien étaient possible, l’étude de faisabilité réalisée par SOCCOFIN permis de présenter leur dossier à un organisme financier spécialisé dans le prêt Hypothécaire car seul cet organisme pouvait rallonger la durée restant de plus de 2 ans.

Situation avant le rachat
Reste à vivre : 1 340 €
Endettement : 54%
Situation après le rachat
Reste à vivre : 1 940 €
Endettement : 40%